Mere fils sexe esclave sexuelle

mere fils sexe esclave sexuelle

Sex video reallifecam le sexe anime


mere fils sexe esclave sexuelle

Et à la vue de ses tétons qui durcissait à cause du froid, Baptiste, 11 ans, fut le premier à commencer: Sophie fut surprise et lâcha un petit cri. Puis ce fut au tour de Maxime d'approcher d'elle. Elle eut un sursaut lorsque celui-ci posa sa main sur son cou ; il la fit ensuite glisser sur sa poitrine et une fois arrivé sur l'autre sein, il lui donna une forte claque. Elle commença même à être très excitée, quand elle devina que cela allait être au tour de Corentin, son petit dernier de 7 ans.

Il s'approcha d'elle et lui donna un coup de poing en plein dans le bas ventre, ce qui le fit beaucoup rire. Comme il n'avait pas encore beaucoup de force, seul le petit Corentin était autorisé à donner des coups de poing, les deux autres n'avait droit qu'aux claques et ils en profitaient d'ailleurs pour frapper toujours avec force. Les précédentes claques furent rougir les seins de la maman soumise. Mais ce n'était qu'un échauffement. Car après cela, tous ensemble, ils se mirent à la gifler de partout: Sophie était prise d'assaut par tous les côtés ; on tirait ses seins, on les agrippait fortement, on les baffait.

Les petits s'amusaient à lui pincer la peau, à l'attraper par la touffe de poils qu'elle avait au pubis. Sophie était giflée au visage par ses propres enfants et cela l'excitait terriblement.

On la fit ensuite se retourner pour s'occuper de son dos et de ses fesses. On malaxa d'abord ses belles fesses rebondies ; ils avaient tous envie de la pénétrer mais ils devaient garder ça pour après, Baptiste se contenta de cracher sur son trou du cul.

Corentin planta ses ongles dans son dos et pendant qu'il descendait tout le long, sa maman en gémissait. Mais elle fut surprise tout de suite après par une grosse claque de son ainé sur son cul. Sophie avait bien dressé ses enfants pour qu'ils deviennent de bons dominateurs, elle n'avait plus rien à leur dire: Maxime prit un fin bâton en bois qu'il avait trouvé pour l'occasion dans leur jardin. Ils avaient bien une cravache, mais cela faisait trop propre aux yeux de l'enfant sadique.

Baptiste avait opté pour une petite pagaie et Corentin choisit son objet favoris: Sophie sentit les multiples lanières du martinet caresser son derrière. Puis, d'un coup, elle fut surprise par un coup de bâton qui claqua dans l'air. Cela la fit crier ; tout son corps était pris de tremblement, tant par le froid et la douleur qu'elle ressentait que par l'excitation.

Sa petite chatte commençait à mouiller fortement. Les garçons lui ont ainsi cravaché et frapper le cul pendant quelques minutes, remontant bien entendu parfois sur son dos ou descendant sur ses jambes. La mère-esclave tenait à peine debout. D'abord, il y avait Maxime qui distribuait de vifs et précis coups de bâton ; les fesses de sa mère devenaient alors rouges et des gouttes de sang perlaient. Puis arrivait Baptiste avec ses coups lourds et larges qui venaient cogner contre le cul de sa mère ; elle le sentait jusque dans ses muscles.

Et pour l'achever, Corentin la rétamait de coups de martinet sur son derrière encore sensible. Au final, son cul était ravagé. Sophie en pleurait, mais cela ne choquait plus les enfants, trop habitués. Ils savaient bien qu'ils pouvaient continuer, que ce serait Sophie elle-même qui demanderait de reprendre s'ils arrêtaient.

Une fois avoir terminé avec son cul, on lui planta le manche du martinet bien au fond dans l'anus et on lui imposa de le garder.

Ils la retournèrent et remirent le bandeau qui était un peu de travers bien devant les yeux. Les garçons admiraient silencieusement le corps torturé de leur maman ; elle était si belle, avec ses gros seins qui pendaient et ses amples hanches! Ils remarquèrent même que sa mouille coulait maintenant le long de sa jambe, tant elle était excitée. Ou peut-être était-ce une goutte de pipi qu'elle n'avait pas pu retenir?

Dans tous les cas, le petit Corentin en profita pour s'approcher d'elle, il se mit entre ses jambes et se mit à lui sucer le clitoris, comme Sophie le lui avait appris quelques semaines plutôt, comme pour l'apaiser de ses douleurs. Elle renifla et, dans un sanglot, lui dit: La petite langue de l'enfant sur sa vulve lui faisait un bien fou. Elle aurait voulu mettre ses mains sur la tête du petit et lui enfoncer le visage en elle, mais elle était encore attachée.

Le fiston, lui, se délectait du jus maternel. Il enfonçait même ses doigts en elle, au plus profond qu'il pouvait, et les gouter par après. Pendant ce temps, les deux autres frères étaient partis chercher une boite en plastique.

Dans cette boite se trouvait des pinces à linge en bois que Sophie utilisait pour pendre les vêtements. Ce n'était pas la première fois qu'ils utilisaient ces petits objets ; Corentin s'est donc relevé et a frotté sa bouche, rassasié de la cyprine de sa maman.

Les trois enfants ont alors commencé à mettre les épingles partout sur le haut du corps de Sophie: Maxime lui ordonna de tendre la langue et lui plaça une pince dessus. Leur maman se mit alors doucement à baver sur elle-même, pendant que ses fils jouaient à faire bouger les épingles et torturer ainsi leur esclave sans défense qui gémissait fortement.

Après cela, les enfants détachèrent enfin leur mère, ils la mirent à quatre pattes et la firent marcher comme une chienne. Le martinet qu'elle avait toujours dans le cul lui donnait l'impression d'avoir une queue animale.

On l'amena au centre de la pièce. Ses garçons étaient en rond autour d'elle. Ils enlevèrent leurs pantalons, mais gardèrent leur t-shirt.

Sophie avait très envie de les sucer, mais comme une bonne chienne, elle attendit que l'on le lui ordonna, en enlevant l'épingle de sa langue — les autres sur ses seins étaient restées.

Toute excitée, elle se mit à sucer ses fils goulument. Ceux-ci n'hésitant pas à essayer de lui mettre leur queue le plus profond possible. Évidemment, Sophie n'avait pas trop de problème à mettre la queue de son gamin de 7 ans entièrement dans sa bouche, au contraire de ses autres fils par exemple, mais c'était une maman attentionnée et, pour ne pas le blesser, elle faisait toujours des bruits avec sa bouche, comme si elle avait du mal.

Mais ce qui plaisait réellement au petit, c'était quand sa mère mettait sa bite et ses couilles en même temps dans sa bouche et qu'elle sortait sa langue baveuse qui essayait d'atteindre son petit cul en même temps.

Elle passa ensuite à Maxime, tout en n'oubliant pas de branler Baptiste qui attendait patiemment son tour. Le pénis de son ainé était déjà une autre paire de manche. Il avait bien grandi et promettait dans les années à venir d'être d'un gros calibre. Le jeune homme affichait déjà pas mal de poils pubiens et ce qu'il adorait c'était quand il plongeait son sexe dans la bouche de sa mère qui ne pouvait plus respirer et que son nez venait s'enfouir contre son pubis poilu.

Maxime sortait son sexe de la bouche de sa mère, qui était maintenant luisant de salive, le passait sur son visage et le lui remettait entièrement dans le gosier, repassant à nouveau sa gorge serrée.

Les bruits de gorge que faisait Sophie étaient bien réels cette fois. Râlant de plaisir, l'ainé dût arrêter sa mère, sinon il allait déjà jouir dans sa bouche. Pour la remercier, il lui donna une violente gifle au travers du visage et elle comprit qu'elle devait passer à son dernier fils. Baptiste bandait déjà très fort, les pipes étaient vraiment ses moments préférés de leurs petits jeux.

Sa mère, dont les cheveux commençaient à être ébouriffés tant on les avait tiré et dont le visage était sali par sa propre salive, sourit à son fiston, connaissant très bien son penchant pour la fellation. Mais contrairement aux deux autres, elle ne se jeta pas sur sa queue: Elle le branla un peu, admirant son joli pénis de 11 ans ; Baptiste était fort sensible aux douces mains de sa mère. Puis sa langue partit de ses couilles pour remonter jusqu'à la pointe du gland.

Mais arrivée à celui-ci, au moment où elle allait pour mettre enfin sa queue dans sa bouche, elle ressortit la langue et redescendit jusqu'à ses couilles. Baptiste n'en pouvait plus.

Il était sur le point de la supplier pour qu'elle le suce, mais il réalisa qu'il n'avait pas à le faire, qu'il n'avait qu'à le lui ordonner. Il agrippa sa mère par les cheveux, ainsi que sa bite et il l'enfouit dans sa bouche, en lui disant: Sophie se régalait avec leurs sexes d'enfants.

Son visage était plein de salive, parfois celle de ses propres fils qui n'hésitaient pas à lui cracher à la figure ; de long filets de bave coulaient le long de son menton. Leurs queues en étaient toutes mouillées. Elle n'oubliait pas leurs couilles non plus et les gobait et les suçait parfois un peu brutalement.

On aurait dit qu'elle était affamée par ce qu'il y avait dedans. La langue maternelle râpeuse qui roulait partout sur leurs organes génitaux les rendait fous, jusqu'à ce que l'un d'eux, Maxime, craque et la fit mettre à genoux, cul en buse.

Et l'enfant se mit alors à baiser sa mère en levrette. Son sexe était maintenant assez gros pour qu'elle le ressente bien en elle. Elle pouvait même sentir ses poils pubiens frotter contre son cul. Son fils devenait petit à petit un homme, et ça lui plaisait terriblement.

Son bas-ventre venait cogner contre les fesses encore rouges et légèrement saignantes de Sophie. Et pendant que son fils la fourrait, ses seins, toujours pincés par les épingles, balançaient dans l'air.

Pendant ce temps-là, les deux autres garçons avaient décidé de se faire bouffer le cul. Ils présentaient chacun le leur à leur mère qui s'empressait d'y enfouir sa langue.

Ils frottaient leur trou de long en large sur son visage, s'attardant par moment sur la langue humide et rugueuse. Elle leur avait même demandé de ne pas s'essuyer la dernière fois qu'ils avaient été à la toilette. Sophie s'en délectait, elle avait envie de sentir leurs culs sales sur tout son visage, qui était maintenant plein de bave partout puisque leurs trous du cul étaient venus essuyer la salive.

Elle ouvrait grand la bouche, tirait sa langue et de longs filets venaient pendre à son menton. Les petits en voulaient plus: Pendant qu'elle suçait, goûtait et avalait le trou du cul de ses enfants, Maxime, quant à lui, excité par tout ce qu'il voyait, avait changé de trou, passant du con serré au cul encore plus serré et donnait de grands coups de bite qui la faisaient à chaque fois basculer.

Puisqu'un des trous était libre, pendant que Baptiste gémissait sous les coups de langues de sa maman, le petit Corentin vint s'immiscer sous sa mère et se mit à lui sucer le sein qui portait encore de vives marques. Il la tira ensuite vers elle pour qu'elle s'abaisse un peu afin qu'il puisse entrer en elle. Son zizi encore un peu petit pour son âge vint alors trouver l'antre chaud maternel qu'il n'aurait normalement jamais du connaitre. Sophie était prise de tous les côtés et elle ne tarda donc pas à jouir, en gémissant fortement, la langue encore coincée dans le trou du cul de son deuxième fiston.

Mais la maman était en train de prendre trop de plaisir, jugèrent ses enfants. Ils la firent donc relever ; Maxime lui tenant les deux bras pour qu'elle ne puisse pas bouger. On lui mit deux larges élastiques autour des seins, ce qui eut pour effet de les serrer intensément et de couper l'arrivée du sang.

Ses tétons devenaient terriblement plus sensibles et ses seins tournèrent bientôt au violet. Les enfants se mirent alors à lui frapper et gifler les seins. Toujours tenue par son grand garçon, Sophie n'eut d'autres choix que de subir les assauts amusés de ses fils. Mère et fille partagent du sperme ensemble Fille plantureuse baise son esclave soumis Les deux mères d'une fille s'occupent d'elle pour son 18è anniv Mère et fille partagent une bite La mère et la fille en trio Plan à trois avec mère et fille Mère et fille dans un trio lesbien Une mère lesbienne et sa fille Mère et fille partagent un gars La mère et la fille ensemble!

Une esclave sexuelle obéit à son maître Une esclave sexuelle doit obéir Belle mère séduit sa fille adoptive Une jeune esclave obéissante Education sexuelle avec sa belle-mère sexy 1: Esclave sexuelle asiatique Montrer plus de vidéos.

..



Jeux sexe gratuit Vidéos de sexe malayalam

  • Mere fils sexe esclave sexuelle
  • CIM SEXE LE SEXE LALY
  • Malheureusement, lui n'avait pas encore de sperme à son âge mais ils avaient trouvés au fur et à mesure de leurs jeux une alternative: Les petits en voulaient plus: Et après au lit, je vous veux en forme et en lingerie sexy comme deux traînées demain matin à mon réveil!